L’aigle noir

  1. L’aigle noir -:-- / -:--

Un beau jour, ou peut-être une nuit,
près d’un lac je m’étais endormie.
Quand soudain, semblant crever le ciel,
et venant de nulle part, surgit un aigle noir.

Lentement, les ailes déployées,
lentement, je le vis tournoyer.
Près de moi, dans un bruissement d’ailes,
comme tombé du ciel l’oiseau vint se poser.

Il avait les yeux couleur rubis
et des plumes couleur de la nuit.
À son front, brillant de mille feux,
l’oiseau roi couronné portait un diamant bleu.

De son bec, il a touché ma joue,
dans ma main, il a glissé son cou.
C’est alors que je l’ai reconnu,
surgissant du passé il m’était revenu.

Dis l’oiseau, O dis, emmène-moi,
retournons au pays d’autrefois.
Comme avant, dans mes rêves d’enfant,
pour cueillir en tremblant des étoiles, des étoiles.

Comme avant, dans mes rêves d’enfant,
comme avant, sur un nuage blanc,
comme avant, allumer le soleil,
être faiseur de pluie et faire des merveilles.

L’aigle noir dans un bruissement d’ailes
Prit son vol pour regagner le ciel.

Un beau jour, ou était-ce une nuit…